Grèce Moderne du Vingtième Siècle

Grèce Moderne du Vingtième siècle: Histoire du XXème siècle en Grèce


Le XXéme Siécle: La Grèce moderne

Grèce Vingtième siècleDurant les années 1912-1923, la Grèce participe aux deux Guerres Balkaniques. A l'issue de ces guerres, la Grèce récupère la Crète, une partie de la Macédoine et de l'Epire, la Chalcidique et les iles de la mer Egée. Ayant retrouvée, 68% de son territoire, trois millions de Grecs cependant, vivent encore sous le joug Ottoman.

Eleutherios Venizélos, un avocat Crétois qui travailla durement à la réunification de la Crète, devient premier ministre en 1910 et en 1912. S'intéressant à la constitution grecque, et en mettant en oeuvre différents plans sociaux qui améliorent les conditions de travail, Venizélos réussit à aménager une politique stable en Grèce. En 1917, après l'abdication de Constantin Ier, la Grèce dirigée par Venizélos entre en guerre.

Le conflit opposa les empires centraux (Allemagne et Autriche-Hongrie), alliés à la Turquie et à la Bulgarie, aux puissances de la Triple Entente (France, Grande Bretagne et Russie). La Grèce s'allia à la Triple Entente. Ce choix fut difficile. En effet, les empires centraux s'étaient alliés avec la Turquie, grande ennemie de la Grèce, mais aussi avec la Bulgarie qui occupait des territoires grecs. D'un autre côté, les puissances de la Triple Entente avaient soutenus la guerre de l'Indépendance grecque, mais Sofia reine de Grèce était la soeur de Kaiser Wilhelm.

A la fin de la première Guerre Mondial, le roi Constantin voulut la neutralité de la Grèce. Cependant, Elefterios Venizélos souhaita continuer d'être allié avec la Triple Entente qui promis de rendre à la Grèce, Constantinople. En 1920, la Grèce n'obtiendra que la Thrace.

A la même époque, le premier ministre Venizélos, créa un gouvernement provisoire à Thessalonique et décida d'envoyer des troupes grecques à Smyrne, ancien port grec de Turquie, où vivait une importante population grecque. En 1922, 2 millions de Grecs vivant depuis des siècles à Smyrne, étaient obligés de tout abandonner et de revenir en Grèce.

C’était la "Catastrophe de Smyrne". La volonté du Roi Constantin de s'allier avec la Triple- Alliance, amena en Grèce une crise constitutionnelle, connue sous le nom de "Ethnikos Dihasmos", Schisme Nationale.

En 1924, la république est proclamée après l’abdication du roi Georges II. Cependant, très rapidement l'instabilité politique amena de nouveau la restauration de la monarchie. Georges II est rappelé, et laisse gouverner le Général Metaxas en dictateur.

De 1940 à 1941, la Grèce est envahit par les Italiens puis par les Allemands. Etant radicalement opposé aux puissances Italiennes et Allemandes, Métaxas rejette la demande de Mussolini, d'occuper la Grèce. Le refus de l’ultimatum italien (« to mégalo oxi » = le grand refus), est aujourd’hui célébré avec des défilés militaires. (Fête national du 28 octobre).


La Grèce a courageusement participé à la seconde guerre mondiale. Elle a tenu en échec les Italiens qui ont dû faire appel aux Allemands pour en venir a bout. Les Grecs résistent héroïquement, jusqu'à la libération du pays par les Anglais en 1944.
Après la seconde guerre mondiale, le Traité de Paris donne à la Grèce les iles du Dodécanèse.

A peine la Grèce commençait à se relever de ses ruines, que déferlait sur elle une terrible guerre civile (1946-1949) opposant de nombreux résistants (communistes en particulier) aux royalistes. Ces derniers, soutenus et financés, par l'Angleterre et les Etats-Unis, l'emportèrent en 1949. Un grand nombre de communistes fut alors exilé en Russie et en Pologne.

En 1952, dirigée par un parti de droite, la Grèce de Kostandinos Karamanlis se rapproche du monde occidental en devenant membre de l'O.T.A.N. Dix ans plus tard, la gauche l'emporte avec Georges Papandhréou qui gouverne le pays et entre en conflit avec le nouveau roi Constantin II.

Le 21 avril 1967, un coup d'Etat, dirigé par le Colonel Papadhópoulos, instaure un régime dictatorial et entraine l'exil du roi. Ce n'est qu'en 1974 que la monarchie est abolie et que la république est proclamée. Papadhópoulos et les autres Colonels, abandonnent le pouvoir aux civils, qui rétablissent la démocratie. En novembre 1974, le parti de Kostandinos Karamanlis (Démocratie Nouvelle) obtient une nette majorité aux élections législatives.


En 1981, victoire du parti socialiste (PASOK), avec Andréas Papandhréou qui devient premier ministre. Parallèlement, la Grèce entre dans la Communauté Européenne.
En 1989, suite à de nombreux scandales politico financiers, la Nouvelle Démocratie l'emporte aux élections législatives.
Depuis 1996, le premier ministre du parti socialiste (PASOK), Kostas Simitis, gouverne le pays.

<< Histoire de la Grèce ::