Grèce Periode Ottomane

La période Ottomane: Histoire de la période Ottomane en Grèce

La domination Ottomane

La Grèce et la période OttomaneLe monde a connu peu de catastrophes aussi totales que la chute de l'Empire Byzantin et le début de l'islamise ottoman. Constantinople est rebaptisée Istanbul.
Le système politique de l'Empire Ottoman, était basé sur une hiérarchie ayant au sommet un Sultan, qui avait le pouvoir absolu.
Etant présents sur le plateau anatolien depuis le XIéme siècle, les Turcs sont à la fin du XIIIéme siècle divisés en principautés indépendantes qui obéissent à un Pacha. Celle des Ottomans va imposer en un siècle son autorité en Anatolie et dans les Balkans.


Les XVIéme et XVIIéme siècles comptent parmi les plus sombres de toute l'histoire grecque. Les villes étaient dépeuplées, les campagnes ravagées par la guerre.

Partout où ils avaient subsisté, les Grecs étaient accablés d'impôts. Ils réussirent pourtant à maintenir leur langue, leur religion et leurs traditions grâce aux prêtres orthodoxes qui enseignaient dans des écoles secrètes (krifa sholeia), à l'abri du regard des Musulmans.

Parallèlement, un grand nombre de familles grecques s'exilent en Roumanie et en Russie. Cette diaspora fonde des écoles grecques à l'étranger, aide financièrement la Grèce, et influence également différends pays à venir en aide à la Grèce. Un autre aspect bien sombre de la domination Ottomane, sont les différents pillages. En 1800, lord Elgin vient à Athènes pour étudier les ruines du Parthénon et en profita pour emporter en Angleterre des pièces inestimables comme la frise des Panathénées.

La guerre de l'Indépendance

Les grands mouvements révolutionnaires du XVIIéme siècle avaient réveillé chez les Grecs le goût de la liberté. Des intellectuels résidant dans de grands centres européens, entre autres Adamios Korais à Paris, Constantin Koumas à Vienne, ont contribués par leurs écrits à la propagation des idées libérales en Grèce.

Egalement, un grand nombre d'écrits en langue grecque, publiés sans arrêt dans des centres importants tels que Paris, Vienne, Trieste, Venise étaient distribués à l'intérieur du pays. Hors de la Grèce, un petit groupe d'hommes (tous des Grecs) forment en Russie la " Société des Amis" (Philiki Etairia) dont le but était de propager l'idée de la révolution, de trouver des fonds nécessaires et d'organiser le soulèvement. La Grèce, avec son passé glorieux et ses malheurs présents, éveillait dans le monde entier un intérêt croissant. Ce mouvement de sympathie envers la Grèce est le Philhellénisme. Un grand nombre de philhellènes sont venus en Grèce et ceux sont battus pour la cause grecque.

La révolution grecque dura sept ans et malgré l'opposition de la Sainte Alliance, l'amour des Grecs pour la liberté et leurs décision de mourir pour elle la firent triompher. Markos Botzaris, Kolokotronis, Karaiskakis, Kanaris... héros de la révolution, se couvrirent de gloire.

Ne pouvant venir seuls à bout des Grecs, les Ottomans firent appel à Mehmed Ali, sultan d'Egypte. Le 20 octobre 1827, les flottes française, anglaise, et russe détruisent à Navarin la flotte turco égyptienne (Bataille de Navarin).

Le 3 février 1827, après 400 ans d'occupation Ottoman, l’Indépendance de la Grèce est officiellement reconnue par les puissances européennes, et la couronne grecque est confiée au deuxième fils du roi de Bavière, le roi Othon. C'est en 1832 que le Sultan de Turquie, reconnait l’Indépendance de la Grèce.

Après la révolution, la Grèce a perdue un grand nombre de ses provinces et la plupart des Grecs sont encore opprimés. Le premier souci des libérateurs fut donc de délivrer tout les Grecs par une série de guerres. Ainsi en 1864, à l'occasion de l'accession au trône du chef de la Nouvelle Dynastie, Georges Ier, les Iles Ioniennes redeviennent grecque; en 1881 ce fut le tour de la Thessalie et d'une partie de l'Epire.

<< Histoire de la Grece ::